Archives pour la catégorie Politique

Politique

Où va la France ? Du vivre ensemble au subir ensemble ?

thumb.small.fabrice_robertFabrice Robert revient sur la condamnation de la femme voilée qui avait provoqué les émeutes de Trappes l’été dernier.

Source : Boulevard Voltaire du 12 janvier 2014

L’été dernier, Trappes avait connu plusieurs jours de violences, pour un simple contrôle d’identité qui avait vite dégénéré. Suite à une infraction manifeste pour port d’un voile intégral dans l’espace public, des policiers avaient été insultés par la femme au niqab : « Allah va vous écraser, Allah va vous niquer, fils de pute, ferme ta gueule. » Quant au mari, qui avait – en toute simplicité – tenté d’étrangler un des policiers, il avait été placé en garde à vue. Pour demander sa libération, des centaines de « jeunes » s’en étaient alors pris au commissariat. La ville de Trappes avait alors connu des scènes de guérilla urbaine qui témoignent de la volonté, chez certains, de développer des isolats échappant à l’autorité de la République française.

La jeune femme voilée a finalement été condamnée le 8 janvier par le tribunal de Versailles. Une condamnation « exemplaire » : un mois de prison avec sursis pour avoir insulté les policiers ! Quel signal envoyé aux propagandistes d’un islam radical qui refusent de se soustraire à la loi ! À quoi bon se gêner si l’on risque si peu en menaçant les policiers avant de provoquer de graves émeutes dans son quartier ?

Le cas de Trappes est loin d’être isolé. Aujourd’hui, il existe une volonté assumée chez certains de tester l’État pour essayer de le faire plier face à un certain nombre de revendications politico-religieuses qui mettent en péril notre modèle civilisationnel. Le mari de la femme au niqab de Trappes avait déclaré au tribunal : « Je ne trouve pas légitime de se faire contrôler. Je ne vois pas pourquoi on nous imposerait une loi qui va à l’encontre de notre religion… » D’autres villes, en France, ont défrayé la chronique en révélant des actes de résistance active au service de la foi islamique.

À Marseille, une jeune femme entièrement voilée avait sauvagement mordu une policière. À Argenteuil, les forces de l’ordre s’étaient fait copieusement insulter et frapper à coups de poing par une soixantaine de « grands frères ».

Les policiers ne se sentent pas soutenus et craignent d’intervenir de peur de provoquer de nouvelles émeutes. Laurent, policier de la BAC dans le 93, avouait avoir tiré un trait sur le contrôle de femmes voilées : « Ça part presque systématiquement au clash. Elles ne marchent presque jamais seules dans les cités. Donc, on a pris le parti de ne plus les contrôler du tout, pour éviter ce qui s’est passé à Trappes. »

Certaines associations exploitent ces contrôles d’identité qui se déroulent mal et en profitent pour dénoncer un climat « islamophobe ». Leur objectif semble pourtant aujourd’hui assez clair : jouer sur la victimisation pour mieux faire progresser l’islamisation.

Autre facteur préoccupant : ces femmes en niqab qui défient notre pays en voulant vivre selon la loi islamique ne viennent pas toujours – loin s’en faut – de contrées arabo-musulmanes. La jeune fille voilée de Trappes s’appelle Cassandra Belin. Et son mari, Michaël Khiri. Quant à la « mordeuse de policier » à Marseille, il s’agit de Louise-Marie Suisse, autre convertie à l’islam. Comment a-t-on pu en arriver là ? À force d’avoir voulu favoriser l’intégration d’autres peuples, ce sont les « nôtres » aujourd’hui qui paraissent vouloir s’intégrer aux « autres ».

Après les échauffourées à Argenteuil, le maire avait dégainé le discours habituel pour mieux masquer son impuissance face à une situation qui le dépasse totalement : « Seuls l’ordre républicain et le respect des personnes sont garants du vivre ensemble… »

Le vivre ensemble ? Vraiment ? Vu les dégâts occasionnés par le multiculturalisme, il serait peut-être temps de parler aujourd’hui du subir ensemble.

À Paris, les Identitaires investissent un H&M pour dénoncer l’esclavagisme !

Samedi 14 décembre à 18h, une vingtaine de militants du Bloc Identitaire et de Génération Identitaire ont investi pacifiquement un magasin H&M près du forum des Halles en plein cœur de Paris.

Répartis dans les rayons en brandissant des pancartes aux slogans variés (“H&M = esclavagistes”, “Noël pas cher grâce aux esclaves éthiopiens” etc.), et distribuant des tracts aux clients en scandant des slogans face à une sécurité totalement débordée, les Identitaires ont ainsi voulu relayer la campagne “H&M esclavagistes”.

En effet, trouvant les “employés” chinois trop chers à leur goût, H&M a décidé de délocaliser une partie de sa production… en Éthiopie !

Moins coûteux et corvéables à merci, ces Africains pourront ainsi fabriquer des vêtements bon marché destinés à des chômeurs ou des travailleurs pauvres en Europe.

C’est pour dénoncer cette économie mondialisée totalement absurde, organisée pour le seul profit financier en dépit de tout bon sens, que les Identitaires ont envahi ce magasin H&M.

Juste avant Noël, cette action symbolique n’est pas sans rappeler le happening récemment organisé contre Mattel avec la “Barbie ouvrière” : elle amène les Français et les Européens à mieux réfléchir à leur consommation et à favoriser les produits locaux au détriment des objets “low cost” fabriqués en grande série par des nouveaux esclaves.

Ci-dessous quelques photos et bientôt une vidéo de l’action !

BLOC IDENTITAIRE PARIS – ILE DE FRANCE
www.blocidentitaire-idf.com
www.facebook.com/blocidentitaire.idf
twitter.com/bloc_idf

Le Bloc Identitaire : des « lanceurs d’alerte » au service de notre identité charnelle et historique

Bilan des nombreuses actions des Identitaires l’an passé, organisation du mouvement, projets du Bloc Identitaire, Fabrice Robert, président du Bloc Identitaire, a accordé un entretien à Novopress.

Source : Novopress du 16 septembre 2013

Novopress : Pouvez-vous dresser un bilan des Identitaires l’année dernière ?

Fabrice Robert : Le bilan est indéniablement très positif. À commencer par la Convention identitaire qui, en réunissant plus de 800 personnes, apparaît comme un véritable succès politique et médiatique.

Poitiers-Mosquee-Generation-identitaire-20-10-12-BFMTV-Copie-decran-de-videoLe lancement du mouvement de jeunesse Génération identitaire a également fortement marqué les esprits. Entre la désormais célèbre vidéo « Déclaration de guerre » (traduite en plusieurs langues à travers le monde entier), l’occupation du toit du chantier de la grande mosquée de Poitiers et l’action à Solferino avec la banderole « Hollande, démission », cette jeunesse qui monte en première ligne cherche à transmettre un message fort : désormais, on ne recule plus !

Ces derniers mois, si nous avons continué à développer – avec succès – un certain nombre de projets (associations, maison d’éditions, etc.), le mouvement identitaire a surtout été aux avant-postes du combat contre François Hollande. Rappelons que dès le lendemain de son élection, nous avions lancé l’initiative « Hollande n’est pas mon président ». Nous rappelions alors qu’élu par seulement 33% des Français en âge de voter, François Hollande n’avait aucunement la légitimité suffisante pour mener des réformes aussi profondes que l’octroi du droit de vote aux étrangers ou encore l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe. Le mouvement identitaire s’est donc logiquement impliqué dans le vaste mouvement d’opposition au mariage gay qui a mobilisé des millions de personnes en France.

Au-delà de l’adoption de la loi Taubira, il faut bien avoir conscience que ces rassemblements ontHollande-nest-pas-mon-president-Campagne-affiche1 permis de politiser un public qui n’était pas habitué à défiler dans la rue. Ou à militer tout simplement. Face au déni de démocratie, face à la répression, nombreux sont ceux qui s’ont passé d’un combat limité contre le mariage gay à un combat plus global contre la présidence Hollande. Les arrestations, les gardes à vue et le gazage systématique des manifestants n’ont fait que renforcer la contestation. Les slogans tels que « Hollande démission ! » ne sont d’ailleurs pas sans rappeler notre campagne « Hollande n’est pas mon président ».

Autre constat très important : la défense de la famille a suscité des rencontres, des prises de consciences et la naissance de nouvelles convergences au sein de la « droite ». Je suis donc convaincu que les Identitaires ont fortement gagné en terme d’influence à l’occasion de ces mobilisations pour la défense de la famille.

Pour le chercheur en science politique, Gaël Brustier, la thématique «  identitaire » serait très prégnante chez les acteurs de la Manif pour tous. Il parle d’offensive culturelle de la droite et de la probable naissance d’un « bloc culturel, politique et demain sans doute électoral ». À nous de faire en sorte de jouer un rôle de premier plan dans cette guerre culturelle annonciatrice de victoires politiques.

Novopress : Comment s’articule le Bloc Identitaire dans ce mouvement ? Quel est son rôle exact ?

F.R. : Au sein du mouvement identitaire, le Bloc Identitaire, c’est ce pilier central qui prend la forme, à la fois, d’un réseau, d’un syndicat d’association et d’une centrale d’agitation.

Le lobby de défense des Français de souche européenne

Le Bloc Identitaire est, avant tout, le lobby de défense des Français de souche européenne.
L’objectif du Bloc Identitaire est clairement de favoriser le développement de stratégies d’influences. Nous avons toujours cru à la guerre culturelle pour gagner des parcelles de pouvoirs. Cette guerre culturelle doit utiliser tous les moyens et tous les canaux disponibles (actions militantes, campagnes de lobbying, mailings, pétitions, développement de nos médias, stratégie offensive sur les réseaux sociaux, etc.) pour renforcer sa puissance d’impact. Le gramscisme identitaire est un gramscisme culturel et technologique.

Plus qu’un « parti », nous existons en tant qu’objet politique. Nous existons aussi en tant que média, en tant que créateurs d’informations et diffuseur d’informations. Média aussi car nous sommes des intermédiaires entre ce que ressent une partie majoritaire du peuple et les castes qui nous gouvernent. Nous voulons mettre des actes et des mots sur ce ressenti de notre peuple.

Aiguillon médiatique, éveilleur de consciences, le Bloc Identitaire joue un rôle à part dans le champ politique français.

Novopress : Quels sont les projets pour le BI cette année ?

F.R. : Parmi les objectifs importants : le renforcement de la fonction du Bloc Identitaire en tant qu’aiguillon politique et médiatique, lobby, centrale d’agitation. Depuis 10 ans, nous avons remporté un certain nombre de victoires sémantiques et nous sommes parvenus à imposer certaines de nos idées dans le débat politique en France.

Des « lanceurs d’alerte » au service de notre identité charnelle et historique

Mais il reste, bien évidemment, encore beaucoup à faire. Les responsables du Bloc Identitaire doivent devenir, en quelque sorte, des «  lanceurs d’alerte » au service de notre identité charnelle et historique. Nous devons être des « veilleurs » capables de décrypter et dénoncer le double discours et les initiatives de ceux qui souhaitent la disparition de la France dans un vaste magma mondialisé et métissé. Par nos actions, nous devons envoyer un message fort aux nôtres qui se sentent abandonnés par la classe politique. Non, désormais, vous n’êtes plus seuls !

Autre objectif. Mettre l’accent sur le développement et l’investissement du champ associatif. Les associations permettent de s’engager autrement et surtout, à terme, d’occuper des « espaces libérés  » tout en incarnant parfois de véritables contre-pouvoirs. Le tissu associatif est habituellement la chasse gardée de la gauche. Notre offensive culturelle passe donc aussi par là!

Enfin, autre objectif important. Faire entrer des personnes issues des rangs identitaires dans les assemblées municipales lors des élections de mars 2014, à travers des listes d’union et de rassemblement. Avoir des élus permettrait au mouvement identitaire de franchir une nouvelle étape. En disposant d’élus susceptibles de reprendre nos mots d’ordre et de relayer nos campagnes, le mouvement identitaire ne pourrait que gagner en influence. Au service de notre peuple et de notre identité.

Encore un peu de diversité!

Un de nos militants qui s’est rendu dans une antenne du Centre d’action sociale de la Ville de Paris a eu la joie de découvrir que les services municipaux impriment les plaquettes d’informations en français, mais également en roumain,turque et arabe! Merci monsieur Delanoë!

La version française:
Prospectus français 1 001

Prospectus français 2 001

La version roumaine:
Prospectus roumain 001

Prospectus roumain 2 001

La version turque:
Prospectus turque 1 001

Prospectus turque 2 001La version arabe:
Prospectus arabe 1 001

Prospectus arabe 2 001

Boston,coup de massue de la réalité sur l’idéologie ambiante…

attentats-de-boston-avril-2013Une nouvelle atroce vient de frapper le paysage médiatique français : les terroristes de Boston ne sont pas d’extrême-droite! Dommage pour le journal Le Monde qui titrait il y a quelques jours Pourvu qu’ils ne soient pas musulmans !

Décidément le monde réel n’est pas tendre avec notre magnifique système de désinformation ! Quoi les méchants terroristes ne sont pas des Blancs d’extrême-droite? Quel désarroi !

Heureusement Le Monde n’est pas en mal d’imagination (une qualité absolument essentielle si l’on veut devenir journaliste en France) et vient d’inventer un nouveau subterfuge. Les deux criminels sont présentés comme russes. Trop fort ! C’est tout juste si Dzhokhar et Tamerlan Tsarnaev ne sont pas renommés Boris et Vladimir pour éviter l’odieuse stigmatisation de cette « belle religion de paix et d’amour » qui est en train tranquillement de devenir la première religion pratiquée en France. Il est vrai que l’on peut s’attendre à tout de la part de médias devenus des faussaires de l’information, souvent maladroits d’ailleurs, au point de distribuer des prénoms catholiques à la racaille délinquante dans leur propagande quotidienne.

La réalité vient pourtant confirmer l’évidence géopolitique : l’État profond américain est allié de l’islamisme depuis les années 70 et a soutenu et utilisé celui-ci partout où il pouvait déstabiliser l’Europe, la Russie, la Chine… Dans les années 90, la CIA soutient l’islamisme tchétchène et les musulmans les plus radicaux dans le Caucause, comme elle soutient les djhadistes en Bosnie, au Kosovo, en Libye, dans le Sahel, en Syrie. Les États-Unis et le Qatar mènent ce jeu aujourd’hui jusque dans nos banlieues.

Au début des années 2000, Dhokhar et Tamerlan sont accueillis à bras ouverts avec le statut de réfugié politique aux États-Unis. On s’émerveille sur ces bons immigrés qui veulent devenir de bons américains. On leur accorde des bourses…

Le résultat de cette politique criminelle menée par l’État profond américain, c’est le monde entier qui le paie au prix fort, jusqu’au peuple américain lui-même.

Aymeric Chauprade, le 19 avril 2013

Source Blog Realpolitik

La Mairie de Paris recrute!

guide-mairie-de-paris

Vous voulez travailler dans la culture ? Vous êtes assistant de bibliothèque, chargé de mission de politique culturelle, bibliothécaire, conservateur du patrimoine ? Vous avez un niveau de Bac+2 à Bac+5 ? Alors cette annonce est pour vous. Des dizaines de postes sont à pourvoir pour quelques semaines à quelques mois dans les bibliothèques et les musées parisiens si l’on en croit le service Pôle emploi de la Ville de Paris.

Attention toutefois, si vous pensiez pouvoir tirer un revenu de cette activité pour vous loger ou simplement vous nourrir. Tintin !

Ainsi que le précise la Mairie : « Si le stage effectué est d’une durée égale ou inférieure à 2 mois (8 semaines à 35h soit 280h), le stagiaire ne bénéficie pas de gratification. ». C’est-à-dire que le stagiaire, s’il aime les fastes de la Ville lumière doit aussi aimer le bénévolat.

Toutefois la Ville de Paris peut savoir aussi se montrer d’une générosité inouïe en cette période d’austérité budgétaire.

« Si la durée du stage est supérieure à deux mois, le stagiaire perçoit une indemnisation mensuelle égale à 12,5% du plafond horaire de la Sécurité Sociale » annonce la municipalité, soit entre 100 et 200 euros. Un véritable redressement dans la justice. Toutefois la Mairie précise que cette gratification ne pourra être accordée « qu’après constitution de son dossier ».Mais attention au laissez-allez, il ne suffirait pas que le stagiaire essaye de mettre à mal les finances parisiennes…

Article complet de Serge Federbusch ici et liste des postes ici si vous êtes intéressés
———————————————————————————————————————————
Rappel sur les recrutements de l’équipe de Delanoé à la Mairie de Paris

… Mis à part pour les secrétaires généraux adjoints de la ville et du Conseil de Paris, depuis 2001, c’est l’inflation partout. 10 directeurs ont été recrutés. Des intitulés oiseux sont apparus sous forme de délégué, directeur de projet et expert de haut niveau : 17 au total !

Il faut savoir que les salaires de certains de ces chanceux peuvent allègrement dépasser les
12 000 euros nets par mois.
La Chambre régionale des comptes s’était émue de cette situation en 2010. Sans grand résultat manifestement.

On comprend de plus en plus pourquoi Hidalgo va tout faire pour éviter qu’on parle d’argent et de dépenses pendant la campagne pour les élections municipales. Il n’y a pas que sa retraite qui pose problème …

Article de Delanopolis ici

Vous avez dit immigration de peuplement?

VitryUn de nos membres nous a envoyé cet extrait de la liste des naissances dans la commune de Vitry. Chacun pourra remarquer l’écrasante majorité de noms issus de “la diversité”. Face à ce véritable déferlement, le Bloc Identitaire réaffirme son opposition catégorique à l’immigration de masse, qui n’est qu’une forme d’esclavage moderne qui permet de casser la cohésion de la nation française. Rappelons également que cette immigration est aujourd’hui organisée et encouragée honteusement par nos dirigeants politiques, qui n’ont pas hésité à trahir leur peuple pour se soumettre aux règles du capitalisme sauvage.

Les « veilleurs » protestent pacifiquement contre le mariage pour tous

Sit-in, le 16 avril, à Paris.

La veillée commence à 22 heures, à la fin d’une nouvelle manifestation contre la loi autorisant le mariage entre deux personnes de même sexe, qui se disperse sur l’esplanade des Invalides près de l’Assemblée Nationale. Le lieu exact vient d’être communiqué par messages sur les téléphones portables qui concluent : « Soyons de beaux Veilleurs. Calme. Paix. Détermination. »

Les participants sont assis. Certains pique-niquent ou discutent à voix basse, d’autres semblent méditer. À la fin des discours ou des lectures, les mains s’agitent au-dessus des têtes pour applaudir silencieusement. Malgré la pluie légère, quelques bougies sont allumées.

Dans un silence complet, les intervenants se succèdent au micro pour chanter, jouer de la musique et lire des poèmes, des extraits d’essais ou de romans français, d’auteurs de tous bords politiques. Ainsi, un texte de Pierre-Joseph Proudhon, théoricien de l’anarchie, sur l’importance du mariage, est notamment récité.

Gandhi et Lech Walesa

S’ils se réfèrent au dirigeant politique indien Gandhi, apôtre de la non-violence ou au Polonais Lech Walesa fondateur de Solidarnosc, les veilleurs se veulent apolitiques et aconfessionnels. Le mouvement a commencé mardi 16 avril à Paris, après que soixante-sept personnes qui manifestaient aux abords de l’Assemblée nationale contre « le mariage pour tous », ont été interpellées par les forces de l’ordre. Depuis, le mouvement, dont l’ampleur grandit chaque soir – entre 600 et 800 participants étaient réunis vendredi soir –, a essaimé dans d’autres villes de France, comme Lyon, Toulon, Toulouse, Rennes et Nantes.

Pierre-Denis Autric, la trentaine, qui participe à la veillée, reconnaît que « sociologiquement la plupart des participants sont catholiques » mais avec la volonté de s’ouvrir à tous : « Nous récitons de la poésie et non des cantiques ou des « Je vous salue Marie », comme peuvent le faire les gens de Civitas ».

Le contraste est fort entre la pelouse où tout le monde est assis et où les organisateurs encouragent au silence et les slogans « Hollande démission » qui jaillissent à quelques mètres de là de la bouche des manifestants qui se font entendre devant le Palais-Bourbon.

Un jeune homme au micro appelle à être en communion avec tous, « tous incluant ceux qui ne sont pas avec nous contre le projet de loi. Ce qui est plus dur ». Il ajoute  : « Ce n’est pas une scénographie ni un happening, nous sommes en train de lutter contre un projet de loi qui veut nier ce qu’est l’homme. »

« Dans la paix et dans la vérité »

« Nous entendons beaucoup parler de violences dans les médias, de choses affreuses comme des agressions homophobes, explique Charles, 21 ans. Nous voulons montrer que nous sommes là dans la paix et dans la vérité pour nous opposer au projet de loi Taubira. »

Le jeune homme raconte avoir eu peur lors des veillées précédentes quand les CRS s’avançaient avec leurs matraques. « Hier (jeudi), 70 personnes ont été interpellées, certains traînés par les cheveux. Pourtant nous n’avions rien fait de mal. Nous ne voulons pas sombrer dans la violence ».

Ce vendredi soir, les forces de l’ordre, équipées de casques et de boucliers sont visiblement détendues, bavardant même avec certains manifestants.

Chez les organisateurs, la discrétion est de mise : « Nous ne voulons pas devenir les têtes d’affiches d’un mouvement, nous préférons que vous vous fassiez votre propre idée en participant à la veillée », déclare un grand brun, la vingtaine, refusant de répondre à des questions. Se contentant de souligner « la spontanéité » du mouvement.

Sur les Invalides, la nuit est tombée depuis longtemps. Il est minuit trente. « Comme promis la manifestation touche à sa fin. Respectons notre engagement. » La foule se disperse sans un bruit. Beaucoup comptent revenir. Jusqu’à quand ? Personne ne sait, mais chacun semble déterminé.

DAVID METREAU
Source : La Croix