Archives du mot-clé économie

“Ceci est un homme”

“Ceci est un homme”

Ceci n’est pas un sac. Ceci est un homme.

Cette photo a été pris mardi 7 novembre au 3 avenue de Paris à Vincennes (94300). Température extérieure : -6 degrés.

Un SDF est tous les jours là, dans l’entrée d’une rampe de garage, il passe la nuit dehors.

Il sent mauvais, il est sale, habillé de guenilles. Les passants tournent la tête. Il n’existe pas pour eux.

Solidarité … le mot dégouline de nos petits écrans …

La question se pose de savoir pourquoi l”homme est encore vivant après autant de jours et nuits passés au froid.

Il semblerait qu’on ne peut rien faire s’il ne le veut pas. La liberté est la règle, la contrainte l’exception.

Mais de quelle liberté parle-t-on ? Quels sont les degrés de liberté réels dont dispose cet être humain ? Vacances sur la côté d’azur ? Voiture de fonction ? Job dans une salle de marché ? Offres d’emplois à profusion ? Aimé et être aimé ? Par qui ? Qui voudrait encore de lui ?

Cette question de la liberté qui fondamentalement se limite pour les SDFs à les laisser crever seuls en silence et dans l’abandon est une vaste fumisterie de la part de gens bien au chaud sous leur couette.

Peut-on dignement au XXI siècle laisser des gens errer dans de tels conditions ?

Pendant que la nomenclatura s’enfile les petits fours, les problèmes de la société française ne sont pas résolus. Jamais. Les pitbulls sans muselière continuent à défigurer les enfants. Les ministres, les circulaires et les décrets passent …

Les mairies des grandes villes d’Ile-de-France n’ont-elles donc pas d’argents pour réinsérer les SDFs ? Ce chantier d’aide aux plus démunis n’est-il pas prioritaire sur tout autre relevant du futile et du superflue ? Paris-Plage, cela vaut combien de SDFs ? Le ramadan à la Mairie de Paris, cela vaut combien de SDFs ? Le cultuel culturel de l’Institut des cultures de l’Islam de M. Delanoë, cela vaut combien de SDFs ?

On nous dira de ne pas opposer les sujets. Mais oui, nous les opposons. Priorité aux priorités. Priorités aux familles en détresse, priorité aux SDFs, priorité aux familles mono-parentales qui galèrent. Ca suffit le strass et les paillette de l’oligarchie !

Pourtant, ne trouve-t-on pas de l’argent pour subventionner pléthores d’associations ?

Quand on lit que le dîner annuel des Marraines et des Parrains de SOS Racisme avait lieu ce lundi 6 février 2012 aux Salons du Louvre, repas à 300 euros par personne, possibilité de reçu fiscale en prime (on peut s’interroger d’ailleurs sur le caractère légal de cette défiscalisation, un don à une association loi 1901 ne pouvant comporter aucune contrepartie), on se dit : mais ces gens là ont-ils un minimum de pudeur façe à ceux qui souffrent ?

La société française s’est transformée en une véritable commedia dell’arte, un théatre d’ombres, une parodie de démocratie. Faites entrer les comédiens dans le petit bocal télé, ils sont très en forme ce soir !

Mais les français sont las et en colère.

La fédération du Bloc Identitaire Ile-de-France demande aujourd’hui très solennellement au maire de Vincennes d’agir. Et pas simplement en éloignant le problème, mais en le gérant avec dignité et respect.

Pour rappel à M. Laurent Lafon, maire de Vincennes, l’article 223-6 du Code Pénal :
“Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l’intégrité corporelle de la personne s’abstient volontairement de le faire est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75000 euros d’amende.

Sera puni des mêmes peines quiconque s’abstient volontairement de porter à une personne en péril l’assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours.”

En l’occurence, le danger pour l’homme est grave et immédiat, l’ assistance par la Mairie est possible et l’absence d’action de la Mairie est démontrable.

Si l’homme venait à mourir de froid, la fédération du Bloc Identitaire Ile-de-France portera immédiatement plainte contre la Mairie de Vincennes et son premier élu.

Cet homme n’étant pas visiblement en pleine possession de ses facultés mentales, l’abandonner constitue non-assistance à personne en danger de mort.

Marcel Noguai

 

Le Sénat et la finance islamique

Débat pour l’introduction de la finance islamique en France.

En ce qui concerne la compatibilité du droit français, plusieurs dispositifs dans le droit français apportent un certain nombre de solutions pour rendre le financement d’actifs ou de projets compatibles avec la Charia 

Le droit français est très bien adapté à ce dispositif. L’Autorité des marchés financiers (AMF), dans une note datée du 17 juillet 2007, fait référence à la possibilité d’approuver un OPCVM sur la base de critères non exclusivement financiers, faisant référence notamment à des critères religieux et islamiques, et de développer une gestion indicielle fondée sur un indice compatible avec la Charia : Dow Jones Islamic Index, FTSE Islamic Global Index, S&P Charia Index

La note précise que les OPCVM peuvent purifier la part impure de leurs dividendes. Ces organismes investissent dans des sociétés dont les activités sont compatibles avec la Charia mais dont le taux d’endettement peut être supérieur à 33 %. Le montant des dividendes liés à cette partie du taux d’endettement située au-dessus de 33 % sera considéré comme étant impur et devra donc être reversé à des organismes reconnus d’utilité publique (l’Institut du monde arabe en France)

Cette première table ronde avait pour objet de faire le point sur le développement et l’intégration de la finance islamique au sein du système financier global et de savoir quels en sont les enjeux pour la France. Je crois pouvoir dire que la finance islamique participe vraiment de la globalisation financière, qu’elle est diverse et s’étend à vive allure, notamment en raison des liquidités très importantes dont disposent certains pays musulmans.

M. Jean Arthuis 

http://www.senat.fr/rap/r07-329/r07-3293.html

BNP Paribas et la finance islamique

 

“En 2009, BNP Paribas communiquait auprès de ses actionnaires, et en plein contexte de crise financière, elle n’oubliait pas de mentionner sa récompense dans le cadre d’une vente d’avions Airbus A320 à la compagnie aérienne Air Asia. La dernière phrase est particulièrement intéressante, elle montre que BNP Paribas cherche à se positionner comme acteur incontournable de la finance islamique.”

“CIB RÉCOMPENSÉ LORS DES ASSET ASIAN
AWARDS FOR ISLAMIC FINANCE 2009
CIB a joué un rôle clé dans le financement islamique
de 336 millions de dollars pour le compte d’Air Asia.
Cette transaction vient d’être nommée Best Islamic Loan
Deal aux Triple A (Asset Asian Awards) for Islamic Finance
2009. Le schéma innovant conçu pour financer l’achat
d’Airbus A 320-200 combine un Ijara (lease islamique)
avec une structure en intégration fiscale française.
Il s’agit du premier financement islamique optimisé
franco-malais de ce type. L’attribution de ce Prix
confirme que BNP Paribas tient une place de plus
en plus importante dans la finance islamique, estimée
à 1 000 milliards de dollars sur le marché mondial.”

Il est intérressant de voir le commentaire posté sous l’article sur le site ….

http://www.guidemusulman.com/finance-islamique-quand-la-bnp-paribas-etait-recompensee-583

Source : Finance Islamique

 Accéder au pdf entier

 

Immigration : le poids des aides envoyées au pays

Dans le numéro du mois de juillet 2006 de la revue « Economie et Statistique », l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) publie une étude sur « Les transferts intergénérationnels des migrants âgés ». Elle s’appuie sur les résultats de l’enquête « Passage à la retraite des immigrés » réalisée en 2003 sur un échantillon de 6 211 immigrés âgés de 45 à 70 ans résidant en France métropolitaine.

“La moitié des transferts financiers se fait en direction du pays d’origine et le plus souvent sous la forme de dons. Les dons ont représenté environ 1,5 milliards d’euros de 1998 à 2003 .  Les dons de cette génération de travailleurs immigrés vont en majorité vers leurs enfants (69,2% des dons à la familleFamilleGroupe de personnes liées par des liens de filiation et d’alliance.), mais une certaine quantité va vers les parents et la fratrie et beaucoup d’immigrés envoient de l’argent au pays pour leur propre compte.”

Depuis 2006 l’INSEE n’à plus produit ce type de rapport.

 Que les richesses fuient en Suisse ou en Afrique c’est la France qui s’appauvrit.

http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&id=1748

L’AIDE AU RETOUR

Les informations suivantes sont disponibles sur le site du gouvernement .

Elles concernent une petite partie des aides proposées aux migrants pour quitter le territoire français.

http://www.immigration.gouv.fr/spip.php?page=dossiers_det_asi&numrubrique=361&numarticle=1736

Une aide matérielle au départ

Elle comprend la prise en charge des frais de voyage depuis la ville de départ en France jusqu’à la ville d’arrivée dans le pays d’origine, la prise en charge d’un excédent de bagages de 40 kg par adulte et 10 kg par enfant mineur et l’aide dans l’obtention des documents de voyage.

Une aide financière

Le montant de l’aide financière varie selon votre situation administrative au regard du séjour. Elle peut s’élever à 2 000 € par adulte, 3 500 € pour un couple marié, 1 000 € par enfant mineur jusqu’au 3e enfant et 500 € par enfant au-delà du 3e.

L’AIDE À LA RÉINSERTION DANS LE PAYS D’ORIGINE

En complément de l’aide au retour décrite ci-dessus, vous pouvez également bénéficier d’une aide de l’OFII à la création d’une activité économique génératrice de revenus, si vous souhaitez créer une entreprise dans votre pays.

Cette aide, assurée dans le pays de retour par des organismes conventionnés par l’OFII, comprend une assistance au montage et à la mise en œuvre de votre projet économique ainsi qu’une aide financière au démarrage du projet. Celle-ci peut aller jusqu’à 7 000 € maximum.

Pour plus de précisions sur l’assistance et les aides qui vous seront accordées en cas de retour, vous pouvez à tout moment solliciter un entretien auprès de la représentation de l’OFII dans votre région de résidence.

En cette période de crise les français apprécieront.