Archives du mot-clé démocratie

Audrey Pulvar s’en prend au Bloc Identitaire : prête pour un vrai débat ?

Dans l’émission de France 2 “On n’est pas couchés” samedi soir, la militante socialiste – et accessoirement journaliste – Audrey Pulvar s’est violemment attaquée au Bloc Identitaire (voir la vidéo ). L’écrivain André Bercoff était invité dans ce programme pour présenter son dernier livre, mais Audrey Pulvar a préféré l’attaquer sur sa collaboration au livre d’entretiens consacré à l’apéro saucisson-pinard (voir la présentation de ce livre) André Bercoff s’est ainsi vu reprocher d’avoir mis sa notoriété “au service des identitaires”, avant qu’Audrey Pulvar n’attaque la campagne “Mohamed Merah, chance pour la France ?” en usant des amalgames les plus douteux. La chroniqueuse a ainsi fini par considérer que donner la parole aux identitaires revenait à donner la parole aux islamistes prônant le terrorisme !

L’outrance ne sert jamais le propos, mais il n’en reste pas moins que ces déclarations d’Audrey Pulvar – qui plus est sur le service public – sont intolérables. Elle est de plus peu reconnaissante envers les identitaires qui avaient témoigné beaucoup d’intérêt pour son compagnon Arnaud Montebourg et la démondialisation qu’il défendait dans le cadre des primaires socialistes.

Audrey Pulvar a attaqué les identitaires en s’en prenant à André Bercoff, mais André Bercoff n’est pas un sympathisant, ni un militant, et donc encore moins un porte-parole des identitaires. Il n’est qu’un esprit libre, ce qui est certes aujourd’hui déjà beaucoup, et manifestement trop pour le juge (des idées) Pulvar.

Si Audrey Pulvar veut s’attaquer aux identitaires, qu’elle est au moins l’honnêteté de le faire en notre présence et de nous offrir la possibilité de lui répondre.

Pour notre part, nous sommes prêts à débattre avec Audrey Pulvar quand elle le souhaitera, il ne reste donc plus qu’à nous inviter M. Ruquier !

http://www.youtube.com/watch?v=YC0rsneeEGc

Pierre Cohen cautionne la violence contre les identitaires : il doit s’excuser !

Pierre Cohen, maire de Toulouse, vient d’oser déclarer dans la presse qu’il considérait important “de réduire ou d’éradiquer” la présence des patriotes et du mouvement identitaire dans sa ville précisant que cette “éradication” pouvait, au besoin, passer par “un rapport de force physique”.

Alors que sa ville est encore endeuillée par les ignobles crimes de Mohamed Merah, Pierre Cohen ne trouve-t-il pas plus urgent de lutter contre le péril islamiste ?

Alors que depuis des semaines le foyer identitaire de Toulouse – l’Oustal – est la cible de manifestations et d’attaques, Pierre Cohen semble avoir l’indignation très sélective et, pire encore, légitimer la violence à l’égard de certains de ses administrés ?

M. Cohen sait-il que, par ses déclarations, il prend le risque d’être tenu pour responsable moral de toute agression commise contre un sympathisant identitaire ? Cautionne-t-il de son écharpe tricolore les attaques qui ont déjà eu lieu ? Car aujourd’hui le climat de violences politiques, entretenu par l’extrême-gauche et ses franges marginales, est devenu insupportable à Toulouse. Et ce sont bien les identitaires qui en sont les premières victimes, comme l’arrestation d’un commando (d’une trentaine d’individus) attaquant leur local dans la nuit de samedi à dimanche en apporte une nouvelle preuve.

M. Cohen qui en appelle à la violence physique contre des personnes ne partageant pas ses opinions politiques refuse d’ailleurs, dans le même temps, à ses policiers municipaux le droit de porter des armes à feu afin de pouvoir le cas échéant se défendre contre une délinquance de plus en plus violente.

Face à ces déclarations scandaleuses, le Bloc Identitaire se réserve le droit de porter plainte contre le maire de Toulouse si l’un de ses sympathisants se trouvait de nouveau victime d’une agression physique ou d’une tentative d’agression. En attendant, nous conseillons fermement au maire de Toulouse de revenir sur ses paroles, de présenter ses excuses au mouvement identitaire et de reprendre le chemin du débat démocratique.

L’UOIF et ses sulfureux amis

Le plus grand rassemblement de musulmans d’Europe se tiendra du 6 au 9 avril 2012 au Parc des Expositions de Paris Le Bourget.

 Yusuf qaradawi devait prendre la parole lors de ce rassemblement à l’invitation de l’UOIF (union des organisations islamiques de France), nous dénoncions il y a quelques jours la provocation que représente la présence de cet individu sur le sol français suite aux meurtres commis par Mohamed Merah.

Le gouvernement vient semble t’il de lui refuser l’accès au territoire français.

Si l’émotion n’avait pas été aussi forte il aurait pu s’exprimer pendant plusieurs heures en plein Paris sans que le gouvernement n’y voit à redire.

Pour ceux qui doute encore de la dangerosité du personnage voici une vidéo éloquente.

http://www.youtube.com/watch?v=c2-hxsiy2do&feature=relmfu

 http://www.uoif-ramf.fr/

Christophe Lenzoni

Tueries de Toulouse et de Montauban : c’était bien les islamistes !

Ainsi donc, le coupable n’était pas le Yéti néo-nazi.

Ainsi donc, l’assassin n’était pas influencé par les « idées nauséabondes du racisme et de la xénophobie » comme le proclamaient les Mélanchon, Bayrou et autres Joly.

Ainsi donc, le réveil est cruel pour tous les illusionnistes du « vivre ensemble » de ce pays, médias et politiques.

Les terroristes, assassins de soldats de l’armée française et d’enfants devant une école, sont des musulmans fanatiques, des islamistes se réclamant du Djihad et d’Al-Quaida, ayant fait leurs classes criminelles au Pakistan et en Afghanistan. Selon certains médias, ils seraient également proches d’une organisation récemment dissoute Forzane Alizza. Une organisation bien connue du mouvement identitaire puisqu’elle avait manifesté en 2010 contre les Assises sur l’islamisation organisées par le Bloc Identitaire et Risposte Laïque.

Ce tragique épisode apporte une nouvelle preuve du danger de l’islamisme. Contre lui, au nom de la civilisation européenne et de la France, le Bloc identitaire continuera de se battre en première ligne pour le réveil des consciences et des énergies.

Assises « La France en danger » J-1

assises

Le Samedi 10 Mars 2012, à Paris, se dérouleront les assises de la nationalité, de la citoyenneté et de l’identité, sur le thème « La France en danger ».

De 9h à 19h, rejoignez l’assemblée au rythme des tables rondes et conférences, séances de dédicaces et stands . Présence de Jean Raspail, Jean Bothorel, Jean Yves Le Gallou, Jared Taylor (american renaissance) , et beaucoup d’autres.

Entrée : 10€, inscription possible sur place. Restauration et buvette sur place.

Espace Charenton 327 rue de charenton, Paris 12ème.

L’association nationalité citoyenneté identité nous communique

Le samedi 10 mars, à l’espace Charenton, se tiendront les assises « La France en danger », sur le thème de la nationalité, de la citoyenneté et de l’identité. La salle, située au 327 rue de Charenton à Paris, sera ouverte au public et à la presse à partir de 9 h.

Il sera tout d’abord question, lors de ces assises, d’analyser l’évolution des notions de citoyenneté et de nationalité de l’Antiquité à nos jours, tant en France qu’en Europe. Les intervenants souligneront la dangerosité du droit de vote accordé aux étrangers non communautaires tout comme son incompatibilité avec notre histoire et nos traditions.

En seconde partie, les personnalités invitées traiteront de la question taboue du « grand remplacement » de population dont l’Europe, et tout particulièrement la France, est la victime.

De la nécessaire refonte du code de la nationalité en France à la construction d’une souveraineté européenne, seront examinées toutes les solutions pour que les Européens reprennent leur destin en main.

Pour débattre de ces questions, nous avons réuni un plateau regroupant une vingtaine de personnalités de renom tant françaises qu’étrangères.

Les Assises seront coordonnées par Catherine Blein, présidente de l’association NCI (Nationalité, citoyenneté, identité) et porte-parole du Comité contre le droit de vote des étrangers dont des représentants régionaux seront également présents.

Nous attendons la venue d’un millier de personnes pour cette journée, sans compter les internautes qui seront en mesure de suivre les débats en direct.

Pour toute demande d’accréditation, merci de contacter l’attachée de presse de l’association, au 06 40 57 03 31 ou par courriel: nationalite.nci@gmail.com

Catherine Blein, présidente de l’association Nationalité Citoyenneté Identité

http://www.nationalite-citoyennete-identite.com

“Soutenez la démocratie contre le totalitarisme, soutenez Riposte Laïque !

Pour tous ceux qui chérissent la démocratie et nos valeurs, venez nombreux soutenir Riposte Laïque le vendredi 3 février, à 13h30, devant le Palais de Justice, 4 boulevard du Palais, à Paris.

Ne les laissez pas étrangler la démocratie et la liberté d’expression ! Ne laissez pas les lumières s’éteindrent !

 

Pour plus d’information : http://ripostelaique.com/

Entretien avec Fabrice Robert : “Les Identitaires ont un rôle historique à jouer”

A la suite de la publication par le Bloc Identitaire du résultat de la consultation de ses adhérents sur la position à avoir dans l’élection présidentielle 2012, Fabrice Robert (photo), président du Bloc identitaire, a accordé cet entretien à Novopress :
Novopress – Le Bloc identitaire vient d’achever sa consultation interne de ses militants sur la position à adopter au cours des prochaines élections présidentielles. Quel a été le choix des identitaires ?

F. R. – Pour commencer, j’aimerais rappeler qu’il s’agit d’un exercice inédit qui démontre une certaine maturité du mouvement identitaire. En décidant de consulter les acteurs du mouvement plutôt que d’imposer une orientation, la direction du Bloc identitaire a prouvé, à la fois, son respect pour les militants et sa volonté de faire vivre une réelle démocratie interne.

Ceci étant dit, certains se sont demandés si cette consultation était nécessaire. Je répondrais qu’après le galop d’essai réussi de notre candidat identitaire – Arnaud Gouillon – à la présidentielle 2012, il me paraissait logique que le mouvement se positionne sur un rendez-vous électoral qui passionne des millions de Français.

Permettez-moi d’insister sur cette recherche de parrainages. Avec des moyens matériels très faibles, vingt fois moins que des partis bien plus riches que nous, avec une équipe réduite, à peine trois personnes, et au cours de seulement quelques mois, nous avons décroché pas moins de soixante-seize signatures. Un bel exploit qui s’explique par l’écho très favorable rencontré par notre candidat auprès des élus de la France profonde.

Nous avions montré un certain intérêt pour cette présidentielle et – une fois acté le retrait de notre candidat -, il aurait fallu que nous fassions la politique de l’autruche ?

Comme vous le savez, le mouvement identitaire s’est donc finalement exprimé, à une large majorité (63%), pour l’absence de consigne de vote. A quoi bon diront alors certains ? Bien au contraire, à travers ce choix, nos cadres et adhérents ont clairement signifié qu’ils tenaient à la spécificité du mouvement identitaire. Le vote personnel est une chose, la position officielle du mouvement en est une autre.

Nous l’avions écrit. Le courant identitaire ne se reconnaît dans aucun des partis politiques importants de ce pays. Certes, il peut partager avec certains d’entre eux, ponctuellement, une analyse, un constat, une réaction. Mais, structurellement, dans son ADN politique, le mouvement identitaire est autre.

Nous sommes bien les seuls aujourd’hui à défendre l’attachement à la triple appartenance région/nation/Europe et à un projet de société promouvant localisme, fédéralisme, démocratie et écologie. Nous sommes bien les seuls à combattre toute logique abusivement intégrationniste ou faussement assimilatrice tout en défendant une vision ethno-culturelle de l’identité.

Pour être franc, je pense que cette élection ne changera, au final, pas grand chose. L’élection présidentielle sera au coeur de l’actualité jusqu’en mai prochain. Puis, les législatives passées, ce sera la fin pour cinq ans de cette télé réalité politicienne où ne gagnent jamais que les favoris de la production.

Novopress – Le mouvement Nissa Rebela, associé au Bloc identitaire, a conduit sa propre consultation qui a donné des résultats inverses de ceux du Bloc identitaire. Pensez-vous que ces positions soient conciliables ?

F. R. – Les Identitaires ne sont pas des dogmatiques mais des pragmatiques. Nous refusons toute attitude qui pourrait être assimilée à du sectarisme. Dans un passé assez proche, nous n’avons pas hésité à susciter des alliances ou ententes ponctuelles avec des structures très éloignées de nous sur certains points pour faire avancer les choses. Je pense, par exemple, aux discussions avec certains députés de la Droite populaire qui ont appuyé notre mobilisation en faveur de René Galinier, ce papy jeté en prison sans pitié pour avoir tiré sur des cambrioleurs étrangers. Je pense également à notre collaboration avec Riposte Laïque qui a permis le formidable succès des Assises sur l’islamisation…..

Lire la suite sur Novopress….

[http://fr.novopress.info/]

Présidentielles : le mouvement identitaire ne soutiendra aucun candidat

La communauté identitaire s’est exprimée. Le mouvement ne soutiendra aucun candidat dans le cadre des élections présidentielles 2012.

Voici les résultats de la consultation :

Votants : 2 104.
Pas de consignes de vote : 62,64%
Marine Le Pen : 33,46%
François Bayrou : 2,04%
Frédéric Nihous : 1,66%
Autres : 0,20%

Ce résultat reflète la conviction d’une majorité d’acteurs du mouvement identitaire de ne pouvoir se reconnaitre dans aucun candidat en lice ni dans aucun de leurs programmes. Courant politique à part entière, doté d’une ADN spécifique, le mouvement identitaire ne peut donc être le satellite d’aucune formation du paysage politique français.

Cependant, un tiers des votants aurait souhaité que le mouvement apporte son soutien à Marine Le Pen. Ce n’est pas un pourcentage faible. Il aurait peut-être été plus élevé si la candidate du FN avait exprimé sur l’Europe, sur les régions, sur le localisme, des points de vue plus nuancés. L’hostilité déclarée de certains dirigeants du FN envers les identitaires a certainement joué aussi un rôle dans ce résultat.

Les autres candidatures ne recueillent que des scores marginaux.

Il appartient désormais à chaque identitaire de décider en son âme et conscience après avoir évalué les programmes de chaque candidat sur toutes les questions que nous considérons comme essentielles pour l’avenir de notre combat.

Au-delà du résultat de cette consultation, le mot d’ordre identitaire de ce début d’année 2012 est : leur campagne commence, notre combat continue ! Ainsi, et dans la droite ligne du combat politique, social et culturel entamé depuis bientôt dix ans, le mouvement identitaire interviendra dans cette campagne avec ses méthodes et son savoir-faire.

Le Bloc Identitaire lance dès aujourd’hui une nouvelle campagne militante autour de la nationalité et de l’identité de la France afin de rappeler qu’être Français, c’est une identité, pas des papiers ! Cette campagne se déclinera autour d’un triptyque tracts-affiches-autocollants, sans oublier des actions sur le terrain bien entendu.

Que ce soit la question fondamentale de l’altération de notre identité profonde par les phénomènes massifs et incontrôlés d’immigration et d’islamisation, la nécessaire rupture avec la mondialisation à travers le localisme, la construction d’une Europe politique forte et indépendante, la sécurité de nos compatriotes face au règne de la racaille, rien sur ces sujets essentiels pour l’avenir de la France et de la civilisation européenne ne sera réglé au lendemain du deuxième tour de la Présidentielle.
Notre pays et notre continent sont entrés dans des années décisives. Nous comptons bien rester en première ligne pour défendre notre identité, avant-pendant-après ces élections.