Archives mensuelles : août 2013

« Affolement à Saint-Germain-en-Laye » : les musulmans veulent imposer une mosquée

chateau_saint_germain_en_laye01/08/2013–09h30
SAINT-GERMAIN-EN-LAYE (NOVOpress) –
Saint-Germain-en-Laye dans les Yvelines. Ville résidentielle chic, lieu symbolique de l’Histoire française avec la Sainte-Chapelle de saint Louis, un château prestigieux Renaissance (photo) où Henri II est né, un parc magnifique très prisé des Franciliens. Ces derniers devront-ils contempler aussi une mosquée d’ici quelques mois ? C’est fort possible. Le Parisien note un « affolement à Saint-Germain-en-Laye. Les habitants du quartier résidentiel de Saint-Léger craignent l’implantation d’une mosquée à proximité de chez eux », peut-on lire le 31 juillet.

« Leur inquiétude est survenue récemment après avoir appris que l’association musulmane Mosaïque envisageait d’acquérir une propriété, située rue Saint-Léger, afin d’en faire un lieu de prière. La vente doit être conclue début août », annonce Le Parisien. Il y a quelques jours, Riposte laïque s’inquiétait déjà des manœuvres de la mairie pour faciliter cette implantation et rappelait les mots tenus l’année dernière par le responsable de l’association musulmane : « Nous avons des droits et nous les prendrons ». Une mosquée dans un haut lieu de l’identité française ? Cette nouvelle poussée de l’islamisation passe très mal à Saint-Germain-en-Laye.

Paris : les « tresseurs », nouvelle mafia à Montmartre

gang-tresseurs-paris02/08/2013–09h30
PARIS (NOVOpress) –
La presse commence à s’intéresser à l’un des méfaits quotidiens de l’immigration de masse à Paris : le développement de gangs de « tresseurs ». Ils agressent les nombreux touristes venus visiter le Sacré-Cœur à Montmartre. « Le réseau des « tresseurs » est devenu la plaie des services de police et de sécurité de ce haut lieu touristique de la capitale », note le 1er août Le Parisien. Ces immigrés extra-européens harcèlent les touristes pour leur nouer des bracelets autour des poignets. De guerre lasse, la plupart mettent la main au porte-monnaie. Mais en cas de refus ou de protestations, les victimes sont insultées, menacées.

Ces vendeurs à la sauvette, des clandestins kényans majoritairement, montrent rapidement les dents si l’arnaque ne fonctionne pas. Le site Streetpress a consacré un reportage à ces délinquants qui empoisonnent la vie des touristes et des parisiens. A lire, ce passage instructif lorsqu’un « tresseur » se fait repousser par un groupe d’Asiatiques, les insultes racistes fusent : « Salle bridé, ferme ta gueule. Vous êtes vraiment une sale race ! », enrage le vendeur à la sauvette. Un trafic de plusieurs milliers d’euros chaque jour. « Au coucher du soleil, tout ce petit monde repart en direction de la banlieue où ils vivraient en communauté dans le 77 ou le 94 ». Les risques encourus sont dérisoires : « On prend la marchandise, qui ne vaut rien, au mieux la cagnotte du jour. On leur colle une amende et ils ressortent », constate un policier.