Les promesses n’engagent que ceux qui y croient

“Je ne laisserai pas tomber les gens de Lejaby”, a promis dimanche soir le président Nicolas Sarkozy, en espérant pouvoir présenter “dans quelques jours” une solution pour l’usine d’Yssingeaux (Haute-Loire).

Ces paroles rappellent étrangement les promesses qu’il avait tenu en 2008, alors que le numéro un mondial de la sidérurgie venait d’annoncer la fermeture de l’aciérie du site mosellan de Gandrange.

Le 4 février 2008, au lendemain de son mariage avec Carla Bruni et à l’issue d’une visite très médiatisée de 45 minutes de l’usine mosellane, M. Sarkozy s’était engagé devant quelque 400 sidérurgistes à faire prendre en charge par l’État «tout ou partie des investissements nécessaires» pour maintenir l’aciérie en activité.

«Nous sommes prêts à faire le nécessaire quel que soit le propriétaire de l’usine. Avec ou sans Mittal, l’État investira dans Gandrange», avait-il dit. L’aciérie a été fermée en 2009, mettant au chômage 571 des quelque 1 200 ouvriers du site.

Pour preuve, la plaque posée par la CFDT de Gandrange le 4 février 2009 : « Ici reposent les promesses de N. Sarkozy faites le 4 février 2008 à Gandrange. “Avec ous sans Mittal, l’Etat investira dans Gandrange »

Aujourd’hui chez Lejaby, 255 salariés restent sur le carreau, toute la production va être transférée en Tunisie.

Mais heureusement, comme dit Mme Nadine Morano « … notre devoir, c’est d’aider la jeunesse de ce pays. Je l’ai dit ce midi et je le rappelle encore, le président de la République, Nicolas Sarkozy a demandé, en conseil des ministres, à chacun de ses ministres de prendre des actions concrètes … ».

Pas de Chance, ce n’est pas de la jeunesse d’Yssingeaux – les enfants des travailleurs de Lejaby – dont parle Mme Morano, mais de celle de la Tunisie (http://www.ambassadefrance-tn.org/spip.php?article1054).

La France a développé un goût prononcé pour les relations sado-masochistes avec la Tunisie : notre argent et nos emplois chez eux, les débarqués de Lampedusa chez nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.