Le livre Apéro saucisson-pinard

 

Il y a 18 mois, l’apéro saucisson-pinard déchaînait les passions, et obtenait un succès médiatique qui dépassait les espérances les plus folles des organisateurs. Soutenue par une vingtaine d’associations, mais essentiellement impulsée par Riposte laïque, le Bloc identitaire et Résistance républicaine, cette initiative, prévue d’abord dans le quartier de la Goutte d’Or, permettait de mettre fin à la loi du silence qui régnait, depuis plus de dix ans, sur les prières musulmanes illégales du quartier Barbès. Son retentissement permettait de délier les langues sur la réalité de l’islamisation de notre pays, que les médias et les politiques veulent absolument nier, ou sous-estimer.

Intéressé, le journaliste et écrivain André Bercoff a demandé à rencontrer les trois animateurs les plus médiatisés, Pierre Cassen, Christine Tasin et Fabrice Robert. Il voulait comprendre pourquoi trois militants aux origines politiques aussi différentes — l’un est passé par la LCR, l’autre par le Parti socialiste, le troisième anime le Bloc identitaire — ont ils senti la nécessité de mener de concert une initiative qui a suscité beaucoup de polémiques, certains y voyant une provocation malvenue teintée de racisme ?

 

Interdit à la Goutte d’Or, le désormais célèbre apéro saucisson se repliera sur les Champs-Elysées, devant la plaque du 11 novembre 1940, première marque de résistance de la jeunesse à l’occupant allemand et réunira plus de mille personnes débordantes de joie de voir leurs préoccupations enfin prises en compte.

Six mois plus tard, les mêmes recommençaient, en organisant, malgré les menaces et les pressions, les «Assises internationales sur l’islamisation de nos pays» espace Charenton. 1 300 personnes suivront les interventions de vingt-cinq invités de douze pays différents, dans une salle comble, et 600 000 internautes regarderont, durant le week-end, en direct ou en différé, l’événement.

Tout au long de ce livre de 240 pages, intitulé «Apéro saucisson pinard» et sous-titré «L’islam, un débat qui rassemble», André Bercoff, qui anime la discussion, cherche à approfondir les questions posées par cette alliance encore bien improbable quelques mois auparavant. Pierre Cassen, Christine Tasin et Fabrice Robert n’esquivent aucune question, et ne se réfugient jamais dans la langue de bois. La lecture du sommaire montre l’ampleur des sujets abordés.

Préface d’André Bercoff
RL, RR et BI : une rencontre improbable ?
Le nouveau visage de la France
Le 18 juin 2010
Des questions qui dérangent
En finir avec la culpabilisation et la repentance
Des charters pour les délinquants ?
Existe-t-il une société européenne ou occidentale ?
L’universalisme, un non-sens ?
Se battre ou pas en Afghanistan ?
Du rôle des États-Unis
Quand les musulmans nous demandent de combattre l’islam
Quid du patriotisme chez nos voisins et chez les Anglo-Saxons ?

Parfois, sur certains sujets, le ton monte, les passions s’exacerbent, mais toujours dans le respect de l’autre et l’amour du débat. Ce livre, à l’époque de la dictature du politiquement correct, à un moment où des pans de la gauche judiciarisent systématiquement le débat politique, ou veulent empêcher de parler leurs opposants, est un ballon d’oxygène dans la France de Voltaire. Puisse le message d’amour de la France et d’unité des patriotes, au-delà de leurs divergences, être entendu par un maximum de Français. En tout cas, il a séduit un éditeur suisse, Xenia.

 

Il sortira le 16 mars 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.